• Accueil
  • Vivre sur Mars ? Pourquoi pas !

Vivre sur Mars ? Pourquoi pas !

Tom | le 07/09/2016

Non classé
maxresdefault

Il y a peu NitroPanic vous parlait de ce jeune français et de ses 5 autres camarades enfermés pendant un an dans un dôme pour simuler la vie sur Mars.

En effet depuis maintenant 15 ans la Nasa travaille avec acharnement pour atteindre ce but : Vivre sur Mars

Si vous avez été comme moi bercé par les livres et films de SF, cela semblait une évidence. Mais quand les faits et la science passent par là on s’aperçoit que passer du rêve à la réalité sera beaucoup plus compliqué.

Commencons par le voyage, qui, s’il forme la jeunesse, déforme les scaphandres… Mais ça c’est une autre histoire. Le tajet compte un peu plus de 227 millions de kilomètres. La sonde Curitosity a mis  8 mois à les parcourir. L’agence se tourne, avec l’aide des européens, vers la propulsion Photonique qui exploite la pression du rayonnement solaire, avec pour dessein de parcourir cette distance en seulement 3 mois. Une sonde de test « LightSail »   a été lancée en juin 2016 et à parfaitement fonctionné confirmant ainsi la validité du  procédé. Petite anecdote, le projet LightSail d’un montant de plus de 5 milliards de dollars à été financé à prés de 30% par Kickstarter…

Après avoir vogué à près de 52 000 km/H, on pose enfin le pied sur le sol Martien, j’ai la dalle…

Qu’est-ce qu’on mange ?

Si les membres de l’expérience dont je parlais plus haut mangeaient des boîtes, nos martionautes ne pourront emmener 15 mois de Ravioli dans leurs soutes pour d’évidentes question de poids. Il devront donc rapidement produire de la nourriture sur place. Des expériences menées dans l’ISS ont montré qu’on pouvait faire pousser de la salade en apesanteur (la pesanteur martienne est d’un tiers de celle de la terre).  Des biologistes ont fait pousser du cresson et du seigle dans de la terre ramenée de mars par les sondes. Il est par conséquent prévu que nos explorateurs installent des serres pressurisées, utilisant l’évaporation de la glace martienne et des cyanobactéries comme engrais.

Bon ça va mieux, je dors où ?

PressurizedRoversOnMars

Curiosity et spirit nous ont fait parvenir de magnifiques clichés de mars. Un paysage rouge baigné de soleil. Malheureusement n’allez pas croire que c’est la Floride. La température moyenne sur la planète est de …-63°. Du coup, j’ai bien fait de ne pas prendre mon maillot de bain.

On pense bien évidemment à du panneau solaire mais l’abondante poussière martienne posera rapidement problème nécessitant des nettoyage fréquents. Le petit Rover Spirit était resté en veille pendant prés de deux mois car la poussière maculant ses panneaux empêchait le rechargement des batteries. Ce sont les vents martiens qui avaient fini par nettoyer opportunément les cellules photovoltaïques. Depuis la Nasa demande toujours à son explorateur de se garer dans le sens du vent entre deux missions.

Outre cette anecdote, on comprend aisément qu’il faut ajouter une autre source d’énergie. Le leitmotiv « Simple is Clever » (Simple c’est brillant) cher à IBM va se traduire ici par « tais-toi et pédale » car deux générateurs électriques couplés à des vélos d’entrainements sont prévu pour produire de l’électricité ensuite stockée dans des batteries. Si le procédé peut prêter à sourire, il rempli deux conditions, car outre la production d’énergie il garanti que les martionnautes restent en forme physique et lutte notamment contre l’atrophie musculaire et cardiaque qui découlent de tous les voyages longue durée en état de pesanteur amoindrie.

Le Vélo-générateur était d’ailleurs la seconde source de production d’énergie des volontaires de la simulation Hi-Seas où s est illustré notre compatriote Cyprien Verseux.

Une fois le chauffage allumé les explorateurs pourront profiter d’un module en deux parties. Le rez de chaussée comportant le laboratoire et le sas permettant d’accéder à l’extérieur. La partie vie quant à elle se situera à l’étage et comprenant notamment de petites cabines, sanitaires et la fameuse salle de sport. Afin de pouvoir être monté sur une fusée cet hôtel martien mesurera 7 mètres de haut pour 8 mètres de diamètre.

Il est prévu d’améliorer cet habitat en utilisant pour partie les matériaux locaux et l’impression 3D à base d’Oxyde de fer (dont regorge Mars et qui est facilement accessible) grâce à un procédé élaboré par une société française.

Visiter!

Bien mangé, eu chaud, une bonne douche et si j’allais la visiter cette fichue planète rouge !

6a00d8341bf7f753ef016301516fdc970d

Un bon scaphandre devrait suffire. Oui …et non car la radioactivité sur mars est beaucoup plus importante que sur notre bonne vieille planète notamment par ce que  l’atmosphère n’est pas suffisamment importante pour arrêter les radiations solaires. En effet le taux y est 35 fois supérieur à celle tolérée en France pour les gens travaillant dans les centrales nucléaires. Les volontaires devront donc admettre qu’ils augmentent de 5% leur risque de cancer dans les 20 années qui suivent. En plus c’est chiant ce scaphandre, 15 minutes pour l’enfiler, cinq à attendre la décompression dans le sas et autant au retour, avec 2h00 d’autonomie, ça fait pas beaucoup dehors.

Ensuite il parait que si je sors c’est pour bosser, cultiver les légumes, récolter de l’eau, construire les structures pour les suivants, faire des rapports, récupérer la sonde qui contient le carburant retour, bref, une vie de forçat…. mais purée qu’est ce que j’irais bien ….pour de vrai…

Soutenez Nopanic !

Demandez-nous !

Codes Promo

Code Promo Lyophilisé Code Promo V8 Equipment Code Promo Airsoft Opération